Les jours enfuis, Jay MCINERNEY

mcinerney poche

Points – 8.50 €

A l’image du loft qu’ils occupent (autrefois rêvé, aujourd’hui vieillissant), entre nostalgie, attrait du vide et crise existentielle, un couple new-yorkais affronte le gros temps. Le sentiment amoureux, le doute, l’unité, l’aventure, le quotidien et l’envie de vivre sont les thèmes autour desquels gravite le roman. On sent bien sûr la critique acerbe de cette bonne société new-yorkaise (très « darwinienne » précise l’auteur) mais qui n’est pas exempte d’une certaine tendresse. Les personnages ont du corps et une histoire, cela se fait agréablement sentir à la lecture (pour le meilleur ou pour le pire !). Leurs états d’âme en sont décuplés. Un peu de Friends (pour le goût 90’s) et pas mal de James Salter (dilemmes éthiques/sentimentaux), Les jours enfuis est un roman qu’on ne lâche pas et qui mérite une belle mention !

Romain

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s